Les Vestiges d'Alice

LES VESTIGES D'ALICE

 

"Ce premier roman est un coup de maître !"

RADIO BIENVENUE STRASBOURG, Thierry Desaules

écouter la chronique

Henri, adolescent, songe à longueur de temps à un étrange concept : "On devient adulte lorsqu'on commence à boire du café". Critique de l'opposition entre le monde des enfants et celui des adultes symbolisée par le contraste doux-amer, Henri sera pris dans son tumulte jusqu'à l'explosion finale de l'histoire.

Dans ce roman aux contours trash et au style parfois très cru, Marc Kiska nous livre des jeunes gens tourmentés, emportés par l'ouragan de la liberté, de la violence et de la sexualité. Il nous emmène sur les traces d'une jeunesse en perpétuel questionnement : sur les Vestiges d'Alice. Comme elle, seront-ils sauter dans le terrier et rejoindre le pays des merveilles à l'encontre des adultes ayant oubliés de rêver ?

 

 

Né en 1983, Marc KISKA a grandi près de Saint-Etienne et vit en Norvège. Il écrit ses premières nouvelles sur les chaises d’écoles. Au fil des années, elles paraîtront dans diverses revues alternatives et contre-culturelles. À l’âge de 20 ans, en cherchant à illustrer ses écrits, il se tourne vers la photographie et en fera son métier. Son sujet de prédilection, tant dans son travail photographique que littéraire ? L’adolescence, sa quête de liberté et d’authenticité, et le fracas contre la pression du conformisme. Marc Kiska publie à présent Les Vestiges d’Alice, son premier roman qui vient compléter ses publications photographiques dans la presse internationale et un premier recueil de photographies : Outlandish /ROOM/ (ed. The Black Fawn, 2014).

 

Tabou, éditeur sans interdit:

BD, guides et littérature engagée

ISBN : 978-2-36326-055-0

Collection : Les Jardins de Priape

224 pages

13 cm x 21 cm

Couverture broché, pelliculé mat

 

COMMANDER LE LIVRE

 

LA PRESSE EN PARLE

"Marc Kiska livre un récit des plus percutant, tant sur la forme que sur le fond. Il y a en effet dans ce roman, une volonté de manier et d’user de différents niveaux de langages, comme pour mieux faire tourbillonner son lecteur. Puis, il y a aussi, et surtout, cette galerie de personnages aux pulsions et passions souvent incontrôlables, et qui donne à ce texte tout son relief."

 

GENRES, Florent Paudeleux

Lire l'interview

 

 

 

 

"Il y a un peu de Larry Clark, un peu de David Lynch, un peu de Xavier Dolan, un peu de Poppy Z Brite dans ce premier roman qui laisse une impression indélébile, comme un tatouage sous la peau. (...) Marc Kiska est un conteur. Un de ces artistes qui fait sortir le beau du sale, le délicat du cru, l’amour de la brutalité, le doux du trash, le poétique du cash. Bref : un artiste."

 

 

 

BOOKALICIOUS, Tara Lennart

lire la chronique

 

 

 

 

"Marc Kiska écrit avec du sang, des crachats et du sperme, mais là où réside son talent c’est qu’il parvient à rendre tout cela extrêmement poétique. On se surprend même à autoriser l’auteur à nous faire rêver dans une cuvette de toilettes souillées tant il parvient à y voir des images improbables et belles. (...) mais oui il peut y avoir du beau, du presque mystique au fond des toilettes, croyez-moi, mais il faut du talent et du style pour amener ça à un lecteur. Mission réussie pour Monsieur Kiska et là je dis franchement : chapeau bas !"

 

 

RADIO BIENVENUE STRASBOURG, Thierry Desaules

écouter la chronique

 

 

 

 

"Marc Kiska fait preuve d’une écriture à la fois nerveuse, poétique et brutale qui conquiert rapidement le regard et l’attention du lecteur. (...) Un ouvrage surprenant qui amène le lecteur à la rencontre de deux mondes : l’amertume du café et la douceur du chocolat. Difficile de résister à un tel menu !"

 

 

 

FUGUES, Benoit Migneault

lire la chronique

 

 

 

 

"Trash et sans concession. C’est ainsi que nous pourrions le mieux décrire "Les vestiges d’Alice", récit doux-amer du passage à l’âge adulte, et de la mort programmée de l’innocence. Violence et sexualité se côtoient dans le récit de ces jeunesses tourmentées en perpétuels questionnements, dont l’identité et la recherche du soi demeurent en mouvement. Ce que cette histoire induit fait écho au titre du livre : Que reste-t-il de l’enfance ? Survivra-t-elle à cette douloureuse transition ?"

 

 

La sélection du mois (culture livres), GARÇON MAGAZINE n°14, Victorien Biet

Accéder à la page

 

 

 

 

SOLEILS NOIRS (titre de l'article) "(...)Car on se brûle à ces soleils brillants de la jeunesse. Comme s’y brûlent les héros d’un autre premier roman au style à la fois cru et poétique, couronné du Prix du roman gay, ces Vestiges d’Alice où Marc Kiska saisit le moment de la perte de l’innocence, la lutte au corps à corps d’un groupe de jeunes homosexuels contre les interdits sociaux."

 

 

HETEROCLITE n°134, Didier Roth-Bettoni

Accéder à la page

 

 

 

 

"Un excellent premier roman, dont la qualité littéraire rejoint la qualité d’édition. (...) Une écriture très intimiste, on partage les pulsions des personnages comme si on endossait leur peau."

 

 

 

CULTURE GAY, Jimmy Sabater

lire l'interview

 

 

 

 

"Marc Kiska a écrit une histoire d'anges rebelles qui sent la sueur, le sperme, l'urine et le cacao. Son originalité est d'être un roman olfactif."

 

 

Fabienne Leloup

lire la chronique

 

 

Copyright Marc Kiska © All Rights Reserved